Ducati Desmosedici D16RR – MotoGP de route

En 2006, la marque de Bologne dévoile l’une, voir LA plus exotique et prestigieuse moto de production homologuée de ces 20 dernières années, rien de moins ! Aujourd’hui encore, cette moto, incroyable par bien des aspects, fait rêver les amateurs comme moi, de mécaniques iconiques… Coup d’oeil sur cette oeuvre de Ducati.

ducati desmosedici rr de profil
La D16RR en version "usine" avec ses bandes blanches sur les flancs de carénage, en carbone bien entendu !

Ducati Desmosedici RR : Genèse et lancement

Présentée lors de la rencontre annuelle Ducati, “la Ducati World Week” qui s’établit sur le circuit du Mugello, la marque de Bologne dévoila la Ducati Desmosedici D16RR (pour “Race Replica”). Limitée à seulement 1500 exemplaires pour le monde, cette moto ultra-exclusive fut à l’époque pour le “grand public” ce qui se faisait de mieux et de plus proche d’une MotoGP, seulement équipée en plus de feux et clignotants pour un usage sur route ouverte. La reconnaissance ne s’est pas faite attendre pour Ducati et la Desmosedici qui d’autant plus, dès 2007, remportera son premier titre de Champion du monde MotoGP avec Casey Stoner au guidon de la Ducati Desmosedici V4 de course.

Desmosedici : une mécanique V4 d'orfèvre

Très souvent, il est fait mention que la Ducati D16RR serait une version “dégonflée” du prototype de course utilisé en Moto GP. Il n’en est cependant rien ! La Desmosedici embarque un inédit moteur V4 de 989cm3 de cylindrée, calé à 90°. Il est doté de pièces et de technologies de pointe : vilebrequin en acier forgé, entraînement des soupapes desmodromique, calage “twin pulse” permettant une réponse moteur similaire à un twin (du couple sur les bas et mi-régimes) jusqu’à 10 000 tours/min, puis comme un V4 classique au-delà pour une allonge optimale jusqu’à 14 000 tours/min ! Cela permet en outre d’obtenir un moteur agréable et coupleux aux vitesses dites légales, sans dégrader sa puissance à haut régime. 

Comme sur certaines autres Ducati haut-de-gamme, les carters moteurs et le couvre-culasse sont en aluminium moulé et sablé. Elle est également équipée d’une boite de vitesses à cassettes, extractible, comme sur les machines de course. Avec ce moteur d’une technologie inédite sur une Ducati de route, la D16RR est capable de tutoyer les 200 cv pour pas moins de 115 Nm de couple lorsqu’elle est équipée de l’ECU racing et de la ligne d’échappement racing incluse avec chaque moto. Pour rouler sur route, une ligne homologuée est également fournie, abaissant la puissance à un honorable 188 ch. La puissance et l’aérodynamique de la moto lui permettent une vitesse de pointe impressionnante estimée entre 310 et 320 km/h.

Un châssis et une partie-cycle "MotoGP" Replica

L’emploi de nombreuses pièces en carbone, associé à des composants hautes performances pour la plupart issus de la course, permettent à la Desmosedici d’afficher un poids très réduit d’environ 171 kg à sec (même si aujourd’hui une Panigale Superleggera fait bien mieux), et 192 kg tous pleins faits. Parmi ces composants au top du haut-de-gamme, on note notamment un freinage d’une qualité exceptionnelle : les étriers de freins sont repris de ceux utilisés en MotoGP dans la configuration pluie (car dans ces conditions les motos utilisent des disques acier en lieu et place des disques en carbone) ! Des étriers Brembo monoblocs à 4 pistons et à fixation radiale pincent des disques flottants acier de 330mm. Ohlins a fourni l’une de ses meilleures fourches de l’époque : le modèle FG353 dite PFF – à pressurisation à gaz – dont les fourreaux entièrement réglables sont d’un diamètre de 43mm. L’amortisseur, provenant également de chez Ohlins, est un mono-amortisseur pressurisé PRXB.

Le carénage complet et son système de fixation sont en fibre de carbone, tandis que le pare-chaleur des échappements est fait d’un composite de carbone-céramique… Le reste des pièces sont au diapason, faisant la part belle à l’aluminium forgé, disposé sur de très nombreuses pièces. Les jantes, signées Marchesini, allié historique du constructeur de Bologne, sont en magnésium forgé et usiné et coûteraient à la paire, près de 20 000€ et sont enveloppées de pneus Bridgestone spécialement conçus pour cette machine exceptionnelle. Le cadre fait quant à lui appel à un treillis en acier, comme sur la machine de course. Le bras oscillant est quant à lui directement fixé sur les carters moteur et la géométrie du châssis est identique à celle de la GP6 de 2006 !

Première incorporation de "l'électronique embarquée" pour Ducati

L’électronique quant à elle, est déjà extrêmement poussée pour l’époque sur une moto, car la Ducati D16RR embarque un combiné d’instrumentation entièrement digital ainsi qu’une unité de gestion électronique du niveau des machines de compétition (le système est encore une fois, issu de la GP7 de MotoGP). La moto dispose en outre d’un système d’acquisition de données qui sera repris sur de nombreux autres modèles plus conventionnels par la suite.

Un rêve pas si inaccessible, mais une Ducati vraiment utilisable ?

À l’époque, la moto a été vendue environ 60 000€ neuve (soit l’équivalent de 71 000€ en actualisant sa valeur avec l’inflation en 2020, beaucoup moins cher en comparaison d’une Honda RC213V-S, plus récente, mais je ne suis peut être pas expert de ces machines !). Pour cette somme, la Ducati Desmosedici RR vous était vendue avec une garantie 3 ans couplée à un entretien programmé de la même durée, un kit « course » comprenant un échappement racing et un boitier électronique dédié (pour atteindre les fameux 200 cv. On retrouvait également un kit d’autocollants, une béquille d’atelier et une housse de protection dédiée à la moto.

Disponible à la commande dès 2004, les heureux -futurs- propriétaires pouvaient la réserver, avec une priorité pour les acheteurs de … Ducati 999R, autre machine remarquable. Finalement, compte tenu de l’exclusivité de cette moto et du package offert, le prix ne me semble pas délirant pour l’époque… et largement similaire à une Panigale Superleggera ou V4 « Speciale », qui restent sommes toutes des motos dérivées d’une machine de série. La Desmosedici RR est unique et a été traitée comme une moto à part par Ducati et je trouve cela remarquable : c’est une vraie « GP Replica ».

Elle a été produite en deux coloris : l’une en rouge Ducati Racing avec l’arrière peint en blanc (dédié à la pose de numéros de course) et l’autre en version « usine » rouge toujours mais avec des bandes blanches latérales sur les flancs de carénage. Certaines ont notamment reçu des peintures « perso » à l’effigie notamment de la machine de Valentino Rossi ou Casey Stoner. Personnellement, je préfère la version rouge, avec la plaque numéro à l’arrière !

La question derrière est : une moto pareille est-elle faite pour claquer des chronos tous les week-end, ou est-elle mieux en vitrine ou dans un salon ? Je suis plutôt partagé sur cette question… Le mieux serait peut-être (un jour) d’en avoir deux 😄. Reste que la Ducati Desmosedici RR sera toujours vue comme un bon placement pour qui veut s’acheter l’exclusivité à tout prix, mais la faire rouler doit certainement coûter très cher…

Sublime, la D16RR n'a pas pris une ride malgré une conception qui affiche 15 ans !

Questions fréquentes sur la Ducati Desmosedici D16RR

🏍 Combien existe-t-il d'exemplaires de la Ducati Desmosedici RR ?

La D16RR est sortie en 2006 est a été produite à seulement 1500 exemplaires, pour quelques heureux propriétaires et collectionneurs !

🏍 Quelle mécanique embarque la Ducati Desmosedici RR ?

La Desmosedici RR dispose d'un moteur unique dans la production de Ducati. Il s'agit d'un V4 à entrainement desmodromique à calage "Twin Pulse" de 989cm3. Il propose pas moins de 200cv avec le pack racing fourni avec la moto !

🏍 Combien coûtait la Ducati Desmosedici RR à sa sortie ?

En 2006 la Ducati Desmosedici RR s'échangeait neuve contre 65 000€ en Europe. Compte tenu de ses spécifications uniques et de sa rareté, ce prix n'était finalement pas si extrême.

🏍 La Desmosedici RR de Ducati est-elle vraiment différente d'une moto normale ?

Oui et non ! Son 4 cylindres en V la rend exploitable et agréable à piloter, presque plus facile que certaines autres sportives de l'époque. Son moteur est également unique, il a été conçu spécialement pour cette moto. Son châssis est quant à lui largement inspiré de la Ducati GP6 qui était engagée en championnat du monde MotoGP. Elle dispose donc d'éléments exceptionnels de qualité !

1 réflexion sur “Ducati Desmosedici D16RR – MotoGP de route”

  1. Ping : Ducati 851 : l'initiatrice de la lignée sportive moderne | Motors & Motion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *